Un festival pour promouvoir la musique traditionnelle au cœur du riad à Marrakech

music-marocaine 

De tous les évènements culturels qui font l’unanimité au Maroc, le festival Gnaoua est un incontournable, depuis 17 ans, ce festival fait vibrer les cœurs des populations d’Essaouira mais pas seulement, les gens quittent leur riad à Marrakech pour venir vibrer aux sons des musiques du monde. Du 12 au 15 juin 2014, le festival Gnaoua d’Essaouira et musiques du monde a prouvé une fois de plus qu’il reste toujours au meilleur de sa forme même si ça fait 17 ans qu’il existe. Bien au contraire la dix-septième édition a donné l’impression que les spectateurs et les passionnés sont de plus en plus nombreux chaque année.

Gnaoua, un festival encré dans la tradition Marocaine

Malgré le temps qui passe et les éditions qui se succèdent, Gnaoua continue de donner la même impression aux participants, mais en mieux. En assistant aux concerts, on ressent bien que le Maroc est une terre fière de sa culture et de sa tradition mais qui est en même temps ouverte aux cultures et tendances étrangères. Le festival a une fois de plus permis aux passionnés de musique d’écouter la musique Gnaoua sous toutes ses formes, pure mais aussi mixée aux autres sonorités du monde. Les gens viennent parfois du riad à Marrakech pour assister à cet évènement exceptionnel. Du point de vue de la ville d’Essaouira, c’est un évènement qui permet de faire découvrir la cité, d’améliorer son image, de la montrer telle qu’elle est, une ville de partage, de diversité culturelle, de tolérance. L’évènement permet aussi de renforcer la position d’Essaouira comme ville touristique et de faire fleurir son économie. La présence de médias nationaux et internationaux permet de diffuser cette image d’Essaouira à travers le pays et la planète. Essaouira est aussi une ville authentique, plurielle, représentative de l’identité Marocaine.

Pour que les spectateurs profitent pleinement du spectacle et du festival, afin que même ceux qui viennent du riad à Marrakech s’amusent pleinement, la programmation de la dix-septième édition était riche et variée. Un programme à la fois riche et diversifié. Le magazine anglais « Songlines Magazine », qui est l’un des plus sérieux en matière de musique, classe le festival Gnaoua dans le top 5 des festivals internationaux. Pendant quatre jours les spectateurs ont pu voir se mélanger le style Gnaoua à la world music avec les plus grands noms de la musique mondiale comme le guitariste d’origine Française Didier Lockwood, ou le Malien Bassekou Kouyate et bien sûr le grand mâalem Hamid El Kasri. Une occasion pour les mélomanes de trouver satisfaction.